Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» C'EST L'AUTOMNE
Hier à 22:10 par GILBART

» Salutations d'un Breton expatrié en Limousin
Lun 11 Déc 2017, 19:35 par stephane87

» Mon ex-GPZ400
Lun 11 Déc 2017, 15:52 par GILBART

» Mes Honda NX250
Dim 10 Déc 2017, 17:33 par GILBART

» Présentation de ma CB400Four
Ven 08 Déc 2017, 22:03 par GILBART

» 150.000 kms en YBR 250
Ven 08 Déc 2017, 16:45 par GILBART

» Nanook / Présentation
Jeu 07 Déc 2017, 20:24 par Nanook

» Yamaha RD200
Mar 05 Déc 2017, 22:11 par GILBART

» Au secours je tourne en rond
Lun 04 Déc 2017, 23:33 par Hamster_runner

» Ma Derbi de 1972
Lun 04 Déc 2017, 16:14 par GILBART

» V-Strom 250
Dim 03 Déc 2017, 21:57 par GILBART

» La moto ça vaut rien comme utilitaire
Dim 03 Déc 2017, 17:56 par GILBART

» Yamaha MT-03 (321cc)
Dim 03 Déc 2017, 17:42 par GILBART

» Honda CB500X
Dim 03 Déc 2017, 09:53 par jarri

» faire attention au date
Sam 02 Déc 2017, 20:57 par papakyrnos

» Moto de courses
Sam 02 Déc 2017, 15:55 par Hamster_runner

» présentation
Sam 02 Déc 2017, 09:28 par jarri

» Bonjour à tous
Sam 02 Déc 2017, 09:19 par jarri

» Hola amigos
Sam 02 Déc 2017, 09:06 par jarri

» Hello :)
Ven 01 Déc 2017, 19:14 par Jean Le Bug

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 36 le Sam 16 Aoû 2014, 12:16
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée


ça me rajeuni...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

ça me rajeuni...

Message par geuledebois le Mar 30 Mai 2017, 15:02

petite ballade avec mon pote zuckes sur sa mash 250, je cravache mon bidet yamaha sr pour suivre le rytme...
une belle odeur d'huile chaude, je pense que la chinoise chauffe beaucoup... Shocked
nous voici arrivé au lac, but de notre balade, et la, je découvre mes bottes brillantes au soleil... confused
étrange, elles avaient ,au départ une belle patine d'hiver... Evil or Very Mad
cherchant la cause de ce mystère je regarde le moteur... couvert d'huile... What a Face
je vérifie que je n’ai pas oublié de serrer le bouchon, il est bien à sa place, et la botte gauche brille plus que la droite...
mon copain, de l'autre coté découvre le pot aux roses la plaque couvrant l'arbre à cames baille comme une huitre abandonnée au soleil bringuebalant sur ses vis . affraid
on m’avais tellement raconté que les japonaises étaient parfaites, qu'avec ma première machine aux yeux bridés j'avais zappé le contrôle des serrages autre que les points de sécurité... Embarassed
je vais ré-adopter les procédures de contrôle des machines de ma jeunesse 3550 Ducati , Velocette et les autres machines 2 temps vibrantes...
me dire que l'on devient vieux le jour ou l'on croit savoir et que l'expérience n'est pas savoir quoi faire, mais savoir ce qu'il ne faut pas faire... Embarassed
le plein refait, desvis btr ayant pris place des cruciforme le bidet ronronne et attend de nouvelles balades pirat
avatar
geuledebois

Messages : 814
Date d'inscription : 05/03/2014
Humeur : égrillarde

Revenir en haut Aller en bas

Re: ça me rajeuni...

Message par Zuckes le Mar 30 Mai 2017, 17:59

L'autre son de cloche...

Ils peuvent être heureux, ceux qui roulent en japonaise et ne perdent jamais leurs boulons. Pour compenser, nous autres Mashistes avons une petite trousse à outils livrée d’origine pour parer à toute éventualité.
Bref donc. Samedi dernier je sors ma chinoiserie de merde pour une petite balade d’à peine vingt kilomètres afin de manger une salade à la guinguette au bord du lac. Mon pote m’accompagne avec sa Yamaha super fiable qui n’a QUE 28 000 kilomètres. Tant que je roulais devant, je ne me suis rendu compte de rien. Ce n’est qu’en m’arrêtant sur le parking, que je sens une forte odeur d’huile cramée. Mon pote se fout de moi et me dit : Je crois que ta chinoiserie est en surchauffe.
Quand je baisse le regard pour constater les dégâts, je vois ses bottes qui luisent comme celles d’un adjudant-chef avant la parade sur les Champs-Élysées un quatorze juillet. Et je suis forcé d’admettre que ce n’est pas ma merdouille qui fume pire qu’un barbecue garni de Merguez qui auraient éclaté. Mais bel et bien la super qualité des rescapés de Hiroshima.
Le voici tout penaud et on commence à se poser des questions métaphysiques sur le comment rapatrier sa brèle super solide. Ma bagnole est pleine à craquer et de toutes façons son guidon est trop haut. Je lui propose de me filer les clés de sa caisse. Que je rentre et reviens avec, pour le dépanner. Mais sa fusée est pleine aussi de cartons de déménagement. Zut alors… Reste ma remorque que j’ai attachée dans un coin de mon jardin. Mais dont je cherche la clef du cadenas depuis des mois.
Tour en discutant on fait bien entendu le tour de sa machine qui n’a plus une seule goutte d’huile dans son carter. Mais qui ne risque pas de rouiller tellement l’huile est omniprésente sur tout le moteur, le cadre et jusqu’au pneu arrière. Et c’est là que je vois la tragédie. Les deux vis qui retiennent la trappe de visite de son arbre à cames sont desserrées et il y a un jour de deux millimètres par lequel l’huile, arrivant sous haute pression dans le haut-moteur, se faisait la paire. Un peu normal qu’un arbre à cames fume comme un junkie quand il n’y a plus de joint.
Il déroule sa trousse à outils, dont il ne sert jamais paraît-il, pour constater qu’il n’y a pas de tournevis cruciforme à côté du jeu de clefs plates. Oh ! Miracle… Celle de la Mash possède cet accessoire indispensable. Et nous crucifions donc la vis récalcitrante avec force. On mange d’abord car nous savons qu’au retour nous trouverons un magasin de bricolage après trois kilomètres à peine.
Au retour, la vaillante japonaise (qui ne tombe jamais en panne) passe donc devant à 40 km/h suivie par ma merdouille qui ne vaut pas un clou. Un bidon d’un litre d’huile plus tard, après avoir salopé le beau béton du parking avec l’huile qui dégoulinait de sa bécane. Plus la lichette qui s’est échappée quand il a enlevé le couvercle en appuyant très fort sur le bidon en plastique pour arriver à bout de la sécurité pour enfants, nous sommes donc rentrés à un train de sénateur (comme je roulais derrière, c’était moi l’arrière train). Non sans avoir fait un arrêt de vérification du serrage des vis. Du coup… On contrôle le serrage des vis qui ne se dévissent jamais tous les dix kilomètres.
Il fait moins le malin depuis 

avatar
Zuckes

Messages : 29
Date d'inscription : 15/07/2016
Humeur : Dépend de la réserve de gros rouge

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum